head

Dépendance au sucre : le bonheur trompeur

Sucre
Suren Bahidsky Suren Bahidsky
Journaliste, consultante médicale

Google+
Sujet: Alimentation saine

La dépendance au sucre gagne chaque jour en ampleur dans des pays occidentaux, elle entraîne en plus de nombreux problèmes sanitaires. Abandonner le sucre c’est au moins aussi difficile qu’arrêter de fumer, ils sont nombreux à perdre la lutte contre le sucre à cause des symptômes de l’état de manque.

La dépendance au sucre existe-t-elle déjà ?

L’existance de la dépendance au sucre est contestée par certains, bien que les soi-disant cure de détox de sucre soient de plus en plus populaires. Ce n’est pas un hasard, puisqu’il est très facile de s’attacher au sucre, mais il peut être cruellement difficile de s’en déshabituer. Le sucre stimule la production de la dopamine et de la sérotonine dans le cerveau, sa consommation génère ainsi un sentiment de bonheur temporaire. Bien que la plupart des gens ne le reconnaissent même pas à eux-mêmes, ceux qui mangent des friandises plusieurs fois par jour souffrent en réalité d’une dépendance au sucre. Ce phénomène peut malheureusement se développer déjà à l’enfance, il existe des enfants qui, étant privés de leur dose de sucre journalière, montrent des crises de fureur.

Cercle vicieux

Chez une personne dépendante, abandonner le sucre d’une manière drastique peut générer des réactions dans le cerveau qui sont similaires à celles liées à l’état de manque de drogue, et les symptômes caractérisant les toxicomanes apparaissent : sueurs brusques, tremblement, agitation marquée, troubles de sommeil, problèmes digestifs. Ils sont nombreux à abandonner alors la partie et à retourner au sucre causant la dépendance, qui commence lentement à prédominer notre vie. Les calories vides apportées par la consommation excessive du sucre peuvent mener à l’obésité, à la mycose, à la rupture de l’équilibre acido-basique, à des problèmes de dents, voire à l’hypertension, ce qui fait que la personne dépendante se sent de pire en pire.

Y-a-t-il une issue ?

Qu’est-ce qu’une personne dépendante peut faire pour réuissir à abandonner le sucre ? La meilleure solution c’est de diminuer progressivement la dose de sucre journalière, d’édulcorer les repas d’une quantité de sucre de moins en moins grande. Il est important d’avancer pas à pas, d’une semaine à l’autre, et de ne pas se fixer des objectifs impossibles à atteindre. Commencer par un seul jour sans sucre par semaine, et les autres jours veiller à ne pas détruire le sevrage avec la consommation des sucres cachés tels que la pizza, les sauces de salade, des yaourts aux fruits de magasin, etc. Quand une personne dépendante a envie de manger du sucre, il lui faut manger une banane, ou peut-être préparer un smoothie délicieux avec du stévia, mais la consommation de la bouillie d’avoine peut également lui aider, puisque celle-ci contient des hydrates de carbone à absorption lente et règle en plus la glycémie. Cette méthode permet d’abandonner progressivement le sucre, sous 2-3 mois, sans pour autant choquer l’organisme par l’arrêt drastique.

Les protéines et les fibres viennent en aide

Vaincre la dépendance au sucre c’est beaucoup plus facile si l’on fait attention à ce qu’on n’ait jamais faim, puisqu’en ayant faim nous faisons recours plus facilement à des friandises sucrées. Dans la prévention du sentiment de la faim, les aliments riches en protéines peuvent nous aider, puisque ceux-ci s’absorbent plus lentement, le sentiment de la satiété agréable dure plus longtemps, et en plus, ces sentiments n’augmentent pas le taux du sucre dans le sang, contrairement aux hydrates de carbone et aux sucres. Les sources de protéines les plus facilement accessibles sont : la viande de poulet maigre, les yaourts sans graisse, les fruits séchés, l’œuf et les légumineux. La consommation des fibres végétales peut donner également le sentiment de plénitude durable, ces fibres nous remplissent d’énergie et permettent d’oublier le sucre.

Articles liés

Communauté

NEWSLETTER DU BLOG

phone

Conseils de santé directement dans votre boîte mail: pour avoir un mode de vie plus conscient et sain, inscrivez-vous à notre newsletter