head

Prévention et traitement du zona – L’aide de la nature

Le zona apparait le plus fréquemment sur la poitrine et sur la partie latérale du corps
Le zona apparait le plus fréquemment sur la poitrine et sur la partie latérale du corps
Suren Bahidsky Suren Bahidsky
Journaliste, consultante médicale

Google+
Sujet: Amélioration de peau, acné et cheveux

Une forte douleur se manifeste dans un premier temps, quelques jours plus tard apparaissent les premières petites vésicules rouges et gonflées sur la peau, qui caractérisent le zona. Le zona est bien plus qu’une simple maladie dermatologique, c’est la faiblesse immunitaire qui se cache en son arrière-plan, qui – similairement a ses symptômes – doit être impérativement traité. Des méthodes de traitement naturelles peuvent alors venir en aide.

Le zona (Herpes zoster) est une maladie infectieuse aigue et inflammatoire de la peau, provoquée par le virus Varicelle zoster. Ce même virus est responsable pour le développement de la varicelle, ce n’est pas un hasard si le risque de l’apparition du zona est plus important chez ceux qui ont dû déjà subir la varicelle. Cette maladie a pour symptôme caractéristique la douleur intensive, causée par l’irritation que le virus génère dans les terminaisons nerveuses de la peau. Tandis que la varicelle affecte principalement les enfants, le zona est fréquent plutôt chez les personnes âgées. Ce phénomène s’explique par le fait qu’en cas d’affaiblissement du système immunitaire, les virus VZV résiduels issus de la varicelle peuvent se réactiver.

Ses symptômes et ses principales caractéristiques

Comme pour toutes les maladies, il est vrai pour le zona également que l’identification précoce peut considérablement diminuer le temps nécessaire pour le traitement et accélérer la guérison. Néanmoins, il n’est pas facile d’identifier la maladie puisque la douleur atroce (appelée dans de nombreux pays la flamme du diable) qui précède les symptômes cutanés est facile à confondre avec d’autres maladies. La douleur brulante de la peau est le premier signe, tandis qu’aucune altération extérieure ne se manifeste dans un premier temps. Si la douleur de zona apparait au niveau de la poitrine, le phénomène peut être facilement confondu avec l’infarctus, tandis que la douleur hypogastrique ressemble à celle provoquée par l’appendicite.
Dans la plupart des cas aucune lésion ou altération ne se voient sur la peau dans les 1-3 premiers jours. Il arrive dans cette première phase qu’un moral bas, une fatigabilité ou de la fièvre se manifestent.

Quelques jours après la première douleur cutanée le zona provoque une rougeur de peau, pour finir par générer des vésicules plus ou moins grandes, ressemblant à des urticaires et contenant des sécrétions.
Cet état s’aggrave ensuite jusqu’à ce que les vésicules commencent à contenir du sang au lieu des sécrétions : après l’ouverture des vésicules la peau commence à s’encroûter, et le malade souvent fiévreux entre en convalescence quand la croute commence à tomber après dessiccation. La couche abimée de l’épithélium se régénère et tout symptôme disparait.

Il faut veiller à ne jamais gratter la croûte pour éviter les cicatrices durables. Le zona se développe le plus souvent sur la poitrine ou sur la partie latérale du corps, mais il peut malheureusement affecter les membres et même le visage, typiquement toujours sur un seul côté. Le zona apparaissant autour des yeux est extrêmement dangereux puisqu’il peut même causer de la cécité.  

Pourquoi le zona se développe-t-il ?

Comme mentionné précédemment, c’est le Varicella zoster qui peut être tenu responsable pour le développement du zona. Si quelqu’un était – à l’enfance dans la plupart des cas – varioleux, le pathogène a tendance de couver suite à l’évolution de la maladie dans l’organisme, notamment dans les ganglions nerveux se trouvant au long de la moelle épinière, ou en dessous du  crâne, dans les soi-disant ganglions Gasser.
Il est cependant à noter que non seulement les personnes ayant déjà souffert de la varicelle peuvent être affectées par le zona. Ce virus est très infectieux : une fois les vésicules contenant des sécrétions sont déjà présentes sur le corps du malade, le zona peut être attrapé par tout le monde, indépendamment de l’âge ou du sexe. Le risque d’infection ne diminue que lorsque les vésicules ouvertes sont entièrement couvertes de croûtes sèches.
Le système immunitaire sain est capable de tuer la plupart des virus et de bloquer ce qui en reste dans l’organisme. Dès que le système immunitaire s’affaiblit, le virus peut se réactiver dans le corps.

Comment prévenir le développement du zona ?

D’une part il faut être prudent quand on rencontre une personne infectée, veiller à éviter d’entrer en contact direct avec les vésicules, et d’autre part il faut préserver la santé du système immunitaire.
Etant donné que l’efficacité de ce dernier est déterminée par l’état de la flore intestinale contenant des bactéries bénéfiques, il est primordial d’assurer l’équilibre de la flore intestinale. Pour ce faire, consommer autant de probiotiques que possibles (des aliments fermentés, des produits laitiers, de la choucroute que possible, ainsi que des prébiotiques (fibres végétales) servant de nourriture aux bactéries probiotiques.

Ne pas non plus oublier les antioxydants (vitamine C, vitamine B, vitamine E, vitamine A, flavonoïdes et caroténoïdes végétaux, zinc, etc.). Ces aliments soutiennent efficacement le système immunitaire empêchent  - entre autres – la propagation des radicaux libres qui augmentent le risque des inflammations.
S’assurer une alimentation saine en veillant à apporter à son organisme quotidiennement des vitamines, des substances minérales et des oligoéléments. Etre actif physiquement, et éviter les situations de stress pour préserver la santé de son système immunitaire.

Traitement du zona

Le temps de guérison du zona est en général de 2 semaines. Bien qu’il puisse partir tout seul, il n’est pas judicieux de laisser la maladie sans traitement. Il peut rarement y avoir des infections secondaires et des réactions indésirables qu’on peut éviter à l’aide des thérapies adéquates. En outre des médicaments traditionnels, les méthodes thérapeutiques naturelles peuvent également venir alors en aide, mais uniquement après une consultation avec son médecin :

Huile d’herbe de Saint-Jean. Cette plante a pour particularité de promouvoir la cicatrisation naturelle et de contribuer au renouvellement de la peau. Puisqu’il s’agit d’un excellent virocide, il permet d’empêcher la propagation du zona.

Huile essentielle de mélitte. Ce sont surtout les feuilles de cette plante qui contiennent des composés d’effet virocide. Elles sont d’effet calmant, pouvant ainsi apaiser le sentiment brûlant ou prurigineux.

Cassis. Enduit directement sur la zone problématique, l’extrait de la cassis mûri au glycérine atténue efficacement les symptômes désagréables du zona. Il rend la peau molle et favorise la régénération rapide et saine de l’épithélium.

Miel. L’effet anti-zona du miel faisait l’objet des recherches à l’Université de Colorado. Dans le cadre d’une expérience in-vitro le miel de trèfle a été efficacement appliqué contre le virus Varicella zoster, responsable du développement du zona.

Sources:

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3401066/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmedhealth/PMHT0022741/

Articles liés

Communauté

NEWSLETTER DU BLOG

phone

Conseils de santé directement dans votre boîte mail: pour avoir un mode de vie plus conscient et sain, inscrivez-vous à notre newsletter