head

L’hypotonie peut être dangereuse | Comment mesurer correctement sa pression sanguine ?

Quels sont les dangers de l’hypotonie ?
Suren Bahidsky Suren Bahidsky
Journaliste, consultante médicale
Sujet: Médecine interne

Bien que l’hypotonie ne soit accompagnée en général « que » de vertige, de nausées ou de moral bas, elle mérite quand même d’être prise au sérieux. Surtout si les symptômes deviennent chroniques et persistent donc d’une manière durable. Nous vous avons réuni les informations les plus importantes sur l’hypotonie.

A propos des problèmes liés à la pression sanguine ce sont en général les dangers de la valeur haute qui nous viennent en esprit. Ce n’est pas un hasard, puisque l’hypertonie est le terrain idéal des maladies cardio-vasculaires, l’avertissement que l’hypertension est incompatible avec la santé est répété jusqu’à satiété. C’est justement la raison pour laquelle on a tendance à négliger l’hypotonie, or cette maladie peut également provoquer de surprises désagréables.

Elle est dangereuse si elle est chronique

Constatons dans un premier temps que c’est avant tout l’hypotonie chronique, durable et rebelle qui peut donner motif à de sérieuses appréhensions. L’hypotonie instantanée issue des déplacements, action de se mettre debout d’une position assise par exemple, est aussi fréquente mais ne signifie en général aucun problème de santé.

Que disent les chiffres ?

L’hypotonie peut être définie de plusieurs façons. Selon les recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé on parle de l’hypotonie en cas de 100/60 mmHg chez les femmes et de 110/70 mmHg chez les hommes. La Clinique Mayo (Mayo Clinic), le plus grand institut de la santé à but non-lucratif, employant près de 4500 médecins et scientifiques, définit un seuil limite plus rigoureux, à la valeur de 90/60 mmHg.

Lire les symptômes

Le diagnostic de l’hypotonie n’est pas facile, puisqu’elle n’a pas de symptômes caractéristiques, c’est principalement le groupement des problèmes énumérés ci-dessus qui peut être signe évident de la maladie. Donc, si l’on a des vertiges fréquents – surtout au lever du matin – si l’on souffre de la fatigabilité et si l’on a le moral bas. En outre, si l’on souffre des maux de tête, des bourdonnements d’oreille, du moral bas durable et des difficultés de concentration. Si l’on souffre souvent de nausée, si l’on a des difficultés respiratoires, les yeux éblouis ou la vue trouble suite à un déplacement rapide, l’hypotonie peut être soupçonnée. Il est important de savoir que les malaises se conjuguent souvent d’une transpiration forte, de battements de cœur accélérés, de la pâleur et du refroidissement des membres. Dans de tels cas il est impératif de se faire une mesure de pression sanguine comparable ou d’aller consulter son médecin.

Comment mesurer la pression sanguine ?

Il est important de mesurer la pression sanguine toujours dans la même période de la journée et sur le même bras, en un état nerveux calme. Si l’on fait la mesure assis, prendre en compte que la valeur diastolique sera plus élevée de 5 millimètres de mercure qu’en position allongée. Faire toujours trois mesures consécutives, sur le bras à la hauteur du cœur, sans croiser les jambes, puis prendre la moyenne des valeurs mesurées. L’hypertonie chronique est confirmée si les valeurs mesurées restent en dessous du seuil limite pendant des jours.

Facteurs a risque

D’une manière générale on peut constater que l’hypotonie chronique affecte principalement les jeunes femmes grandes. Néanmoins, la chute de pression sanguine issue des déplacements est plus fréquente chez les personnes de plus de 65 ans. Parmi les facteurs à risque on retrouve encore la maladie de Parkinson, le diabète, le faible poids corporel, ainsi que le caractère héréditaire, mais l’apparition de l’hypotonie peut être aussi mise en rapport avec un disfonctionnement du système nerveux.

La maladie peut être également provoquée par des médicaments psychiatriques ou cardiaques, par des préparations augmentant la puissance sexuelle, des bêtabloquants, de l’hypothyroïdie, des maladies de la glande surrénale ou de la glande pituitaire, des problèmes vasculaires ou cardiaques, du choc anaphylactique, ainsi que par la grossesse. Etre beaucoup au lit, l’insuffisance d’apport en eau et en sel peuvent également générer de l’hypotonie, ce sont principalement les personnes âgées qui en sont affectées. En outre, la carence en vitamine B12 et en acide folique peut être également en arrière-plan de l’hypotonie.

Quelles sont les conséquences ?

Heureusement, l’hypotonie ne cause pas souvent de maladies graves, mais si elle persiste pendant longtemps, elle peut avoir de sérieuses conséquences. Elle dégrade la mémoire et la puissance intellectuelle, et peut provoquer de la dépression. Parmi les dangers issus de l’hypotonie on retrouve le fait qu’avec le temps le malade a de plus en plus de mal à faire ses occupations quotidiennes, le risque du développement de la démence augmente. Une recherche norvégienne encadrant plus de 60 mille personnes a établi qu’il y a un rapport entre l’hypotonie et l’angoisse.

Traitement de l’hypotonie

Comme dans de nombreux autres cas, dans celui du traitement de l‘hypotonie aussi, le changement de mode de vie peut jouer un rôle crucial. Ceci est basé sur l’activité physique quotidienne, notamment sur le jogging, la natation, le cyclisme et les exercices cardio qui protègent le plus le système cardio-vasculaire. Assurer une hydratation suffisante, un adulte doit boire tous les jours au moins 2,5-3 litres d’eau, la quantité répartie d’une manière homogène sur la journée. Les changements subits de la pression sanguine, et ainsi les symptômes désagréables peuvent être évités si l’on se met debout lentement depuis une position assise ou allongée. Aujourd’hui, il existe désormais une cure médicamenteuse aussi, qui n’est tout de même proposée qu’en cas de symptômes graves. Le plus important c’est bien évidemment de veiller à éliminer les causes potentielles.

Sources :

https://www.mayoclinic.org/diseases-conditions/low-blood-pressure/symptoms-causes/syc-20355465

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmedhealth/PMHT0023509/
https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC2465598/

Articles liés

Communauté

NEWSLETTER DU BLOG

phone

Conseils de santé directement dans votre boîte mail: pour avoir un mode de vie plus conscient et sain, inscrivez-vous à notre newsletter