head

Chassez la fatigue du printemps !

La fatigue de fin d’hiver nous attaque
La fatigue de fin d’hiver nous attaque
Suren Bahidsky Suren Bahidsky
Journaliste, consultante médicale
Sujet: Mode de vie

L'hiver se termine et le printemps commence doucement à pointer le bout de son nez. On n’a pas d’envie de se lever, on est épuisé toute la journée. Difficile à se concentrer et on n’arrive pas à s’endormir.  S'il n'y a aucune maladie organique, c’est presque certainement la fatigue du printemps mise en cause. Vous n'avez pas besoin de vous inquiéter, c’est une fatigue passagère, et il existe des solutions d’y échapper. Nous vous présentons quelques idées pour chasser la fatigue du printemps.

Qu'est-ce que la fatigue du printemps ?

On l’appelle fatigue de printemps mais il peut se manifester au tous les changements de saison. Lorsque la nature se réveille, il nous arrive d’éprouver une fatigue immense, mais spassagère. Il se peut aussi qu’après de longs mois d’hiver, nous ayons une carence en vitamines, en nutriments. Notre métabolisme est ralenti, nous somme plus fatigués, irritables, déséquilibrés. Et c’est un cercle vicieux : dû au manque d’énergie notre digestion ralentit, l’absorption sera insuffisante, ainsi moins de nutriments seront utilisés ce qui entraîne la continuation de la baisse du taux d’énergie. Heureusement, il existe des moyens pour échapper à la fatigue du printemps qu’on va vous présenter ci-dessous.

Symptômes de fatigue du printemps

Comment détecter si c’est la fatigue du printemps dont nous sommes atteints ? C'est une question importante, car nous avons tendance à attacher tous les symptômes désagréables à la fatigue du printemps. Pourtant, la fatigue du printemps a ses caractéristiques, dont l'une est que les symptômes sont chroniques, c'est-à-dire ils sont récurrents. Quels sont ces symptômes ?  Une faiblesse générale, la malaise, fatigue excessive, difficultés de concentration, troubles du sommeil.

Dans les cas plus sévères, une dépression ou mélancolie peuvent se développer. Les symptômes ne s’atténuent pas malgré des heures de pause intégrées dans la journée, on n’arrive pas à avoir du sommeil réparateur. Bien évidemment, il faut toujours tout d’abord exclure les maladies organiques, les infections.

Les causes de la fatigue du printemps

Nous venons de présenter ci-dessus les raisons directes de la fatigue du printemps. Mais pourquoi peuvent-elles s’installer ? En hiver il y a moins d’aliments frais saisonniers, légumes et fruits frais, les rayons du soleil sont moins directs et les journées plus courtes. On se procure moins de vitamines, d’antioxydants et de fibres végétales. Pendant la saison hivernale, on bouge moins ce qui a une influence négative au niveau du métabolisme et les kilos en excès s’installe plus rapidement ce qui ne favorise pas notre vitalité.

Les troubles du sommeil sont un signe de la fatigue du printemps

Il faut ici souligner l’importance de la flore intestinale. Dû à mauvaise alimentation, la sédentarité, se propagent les microorganismes nocifs dans le microbiote, le nombre des bactéries salutaires diminue. Pour cette raison, l’efficacité de la digestion se dégrade (les bactéries probiotiques produisent moins d’enzyme digestives), le système immunitaire s’affaiblit. Ce dernier est dû au fait que la majorité des cellules immunitaires se trouvent dans le gros côlon, et si la flore intestinale ne fonctionne pas proprement, la défense immunitaire va affaiblir. En plus des ces facteurs, des changement hormonaux sont mis en cause également. La baisse de lumière diminue la sécrétion de la sérotonine, nommée l’hormone du bonheur, qui joue un rôle dans la régulation de l'humeur et qui permet également de fabriquer la mélatonine. Le Mayo Clinic américain décrit le phénomène du trouble affectif saisonnier ou TAS, un type de dépression qui semble lié à la quantité de lumière à laquelle les personnes sont exposées. Du pareil, comme le site webmd médical écrit, la croissance de la production de mélatonine ou de l’hormone du sommeil provoque de la fatigue et dépression hivernales.

Comment chasser la fatigue du printemps ?

Avant de parler des méthodes pour lutter contre la fatigue du printemps il est à noter que prévenir vaut mieux que guérir. C’est-à-dire il faudrait adopter quelques règles simples dés à l’arrivé de l’hiver pour prévenir la fatigue du printemps pour que les symptômes ne se produisent pas du tout. Si c’est trop tard et l’épuisement nous comble à l’arrivée du printemps, il existe quelques astuces à retenir qui nous aident de nous débarrasser des symptômes désagréables déjà installés.

En cas de la fatigue du printemps il convient d’augmenter l’apport des vitamines, des fibres et des minéraux. Pour cela consommer plus de grains entiers, légumes crus (en particulier les légumes feuilles vert foncé) et de fruits (de préférence et agrumes et les baies rouges). Il est recommandé de consommer l’algue Chlorelle et Spiruline. En plus de la richesse des ingrédients nécessaires pour l’organisme elles ont des effets tonifiants. Les même propriétés bienfaisant se trouvent dans la betterave rouge, la garcinia, le chènevis, le quinoa, le citrouille, le chou-rave, la nèfle, les épinards, la graine de chia, la racine de maca, l’avoine, le kale, la fraise, les tomates ou les bananes – pour mentionner, sans être exhaustif, quelques aliments par excellence. Un petit verre de jus d’herbe de blé peut aussi faire des miracles comme on peut en lire sur la page de Supergreens.

Éviter le mieux possible la consommation de la farine blanche et des graisses animales.

 Les aliments aident à surmonter la fatigue du printemps

Bougez régulièrement, vous vous retrouverez bientôt votre vitalité et énergie. L’activité physique améliore la digestion et le fonctionnement immunitaire, augmente le niveau de vitalité. Sans devenir un sportif multipliez les occasions d'être active au quotidien. Il suffit de bouger cinq fois 30 minutes par semaine sous forme de marche, jogging ou même travail autour de la maison.

Effectuez une cure de désintoxication ou une cure de nettoyage intestinal régulièrement. La désintoxication aide à restaurer l’équilibre de la flore intestinale et améliorer la digestion. Il faut bien évidemment y procéder toute en douceur sans charger l’organisme et se priver pendant une période sensible quand nous manquons déjà d’énergie. Il est recommandé d’entamer une cure détox de 10 jours qui nous aussi approvisionne en nutriments nécessaires.

Pensez à votre microbiote et consommez des aliments qui le renforcent. Mangez des aliments riches en bactérie probiotiques salutaires tels que les cornichons saumurés, la choucroute, les produits laitiers fermentés, soupe de miso car ils sont remplis des microorganisme bienfaisants pour la flore intestinale. Si vous n’aimez pas ces aliments ou vous n’en consommez pas suffisamment, vous pouvez les procurer sous forme

Il vaut la peine encore mentionner les champignons médicinaux qui en plus de leur pouvoir de renforcer la défense immunitaire donnent de l’énergie à l’organisme. Ils chassent la fatigue du printemps après quelques jours de consommation.  La reishi, le Maïtaké et le shiitake sont des bons choix. Un remède naturel exceptionnel est le cordyceps qui lutte efficacement contre la fatigue, comme c’est montré par une analyse scientifique chinois.

 

Sources :

http://www.mayoclinic.org/diseases-conditions/seasonal-affective-disorder/basics/symptoms/con-20021047
https://www.tandfonline.com/doi/full/10.3109/13880209.2012.760103
https://www.webmd.com/women/features/you-give-me-spring-fever#1

https://www.supergreens.fr

 

Articles liés

Communauté

NEWSLETTER DU BLOG

phone

Conseils de santé directement dans votre boîte mail: pour avoir un mode de vie plus conscient et sain, inscrivez-vous à notre newsletter