head

L’ail des ours, une plante condiment saine à découvrir

L’ail des ours, une plante condiment saine à découvrir
Eve MacPherson Eve MacPherson
Thérapeute en médecine douce et conseiller en diététique
Sujet: Plantes médicinales

L’ail des ours finement haché et parsemé sur une tranche de pain de seigle beurré, ou mélangé dans une petite salade verte gourmande ou bien préparé en velouté printanière est un délice et excellent pour la santé.  Sa capacité vitalisante est incomparable, il rend de grand service lors de la désintoxication après la saison hivernale.
Une des vedettes des plantes médicinales est l’ail des ours, il renforce l’immunité, réduit le taux de cholestérol et de glycémie et est un fongicide naturel. Cette plante pousse, en masse, dans les endroits ombragés et humides on peut le cueillir en forêt en toute sécurité en respectant quelques précautions. Si jamais on n’aime pas son odeur caractéristique on peut bénéficier de ses propriétés bienfaisant sous forme de gélule.

Détox naturel

De puissantes vertus curatives se cachent en l’ail sauvage et l’on raconte que les ours, après leur sommeil hivernal, cherchent cette plante pour se nettoyer l’estomac, les intestins et le sang. En fait, l’ail des ours a les mêmes vertus que notre ail domestique, mais bien plus puissantes. Il peut devenir notre allié de la désintoxication du printemps pour purifier les reins et éliminer les toxines et déchets accumulés sur les parois intestinales ainsi que les parasites se logeant dans le système intestinal. L’ail des ours est un excellent antiseptique, désinfecte l’intestin tout en ayant des propriétés vermifuges, il est dépuratif puissant qui stimule la circulation sanguine.

Bonne digestion

Outre son activité bactéricide, l'ail des ours est apéritif, digestif, cholagogue, stimulant, il exerce une action protectrice sur l'intestin et stimule la sécrétion gastrique et biliaire, et soulage les maux d’estomac, les diarrhées. Étant donné que l’ail des bois est une excellente nettoyant et régénérateur intestinal, il lutte efficacement contre les problèmes digestifs, et le ballonnement. Même s’il stimule l’appétit, il booste également le métabolisme, il ne cause donc pas de la prise du poids, au contraire il peut être l’allié minceur.

Anti-rhume

Ses effets antiseptiques interviennent non seulement dans le tractus intestinal, mais aussi dans les voies respiratoires, l’ail des ours combat le catarrhe et le rhume. Il soulage la toux, et grâce à son haute teneur en vitamine C il renforce le système immunitaire et protège contre la grippe saisonnière et d’autres infections. En cas de troubles asthmatiques, l’ail sauvage apaisera les symptômes.

Protège le cœur

L’ail des ours protège les vaisseaux sanguins et le cœur. Il diminue la pression artérielle, sa consommation est recommandée en cas d'athérosclérose, pour fluidifier le sang et lutter contre les dépôts de cholestérol. L’Université de Georgetown a réalisé une analyse comparative qui a montré que l’ail des ours est  considérablement plus efficace que l’ail au niveau de la réduction du taux de cholestérol total et qu’il augmente la quantité de bon cholestérol HDL.

Remède contre les maladies de la peau

Pour traiter les infections fongiques de la peau, l’acné ou le psoriasis l’ail des ours est un excellent choix. On peut l’appliquer sa décoction sous forme de cataplasme sur la zone affectée de la peau. Grâce à ses vertus antimicrobiennes et antiseptiques les symptômes s’atténuent rapidement. Il est aussi efficace pour les inflammations rhumatismales. Toujours tester le mélange sur une petite surface de la peau d’abord pour vérifier toutes les réactions possibles de la peau.

Contre-indications

A forte dose, la consommation d’ail des ours peut entraîner des irritations gastriques. L’ail des ours allonge le temps de coagulation, peut donc interférer avec des traitements anticoagulants.       

Attention !

L’ail des ours peut se confondre avec plusieurs plantes mortelles, qui peuvent pousser au sein de la colonie. Il est donc indispensable de pouvoir le différencier lors de la cueillette. Hors de leur aspect différent, lorsqu’on froisse ses feuilles, elles dégagent une légère odeur d’ail ce qui aussi permet de distinguer l’ail des ours du muguet de mai, du colchique d’automne qui sont des plantes toxiques.

Articles liés

Communauté

NEWSLETTER DU BLOG

phone

Conseils de santé directement dans votre boîte mail: pour avoir un mode de vie plus conscient et sain, inscrivez-vous à notre newsletter