head

Symbiotiques pour préserver la santé - au lieu des probiotiques seuls

Eve MacPherson Eve MacPherson
Thérapeute en médecine douce et conseiller en diététique
Sujet: Probiotiques

Vous attrapez souvent des infections ? Vous n’avez pas suffisamment d’énergie ? Peut-être votre microbiote ne fonctionne pas d’une manière appropriée. L’association des probiotiques et prébiotiques peuvent constituer une solution possible.

On entende de parler de plus en plus des probiotiques jouant un rôle important au niveau de la préservation de la santé. Les publicités cependant, négligent souvent que la reproduction de ces bactéries salutaires nécessite de la nourriture appelée prébiotiques faisant partie de la familles des fibres alimentaires et principalement des fibres solubles. Sans ces derniers, les probiotiques ne peuvent pas se reproduire ainsi leur efficacité ne sera pas complète.

Qu’est-ce qu’un probiotique ?

En bref, les probiotiques sont des bonnes bactéries inoffensives qui aident à préserver l'équilibre naturel de la flore bactérienne de l’intestin en empêchant le développement de bactéries nocives et favorisant une bonne digestion. Ils participent à la production de certaines enzymes digestives, soutiennent le métabolisme, aident à supprimer les troubles de la digestion tels que la diarrhée et la constipation. Ils sont susceptibles de neutraliser une partie des substances toxiques et empêchent la propagation des microorganismes pathogènes, réduisant le risque du survenu des maladies du tubes digestif entre autres le cancer du côlon. Ils participent également dans la production de substances anticancérigènes comme l’acide butyrique et de la vitamine K, B1 et B12.  Il est à noter que 70% des cellules immunitaires sont présentes dans le gros côlon. Pour son bon fonctionnement, notre système immunitaire a besoins aussi bien des probiotiques que des prebiotiques.
Les probiotiques sont présents dans l'alimentation, le meilleur moyen d’ingérer des probiotiques est de manger des produits fermentés, les fromages, le miso, le tempeh, la choucroute, les pickles.

Moins efficace sans prébiotiques

On ne peut parler des probiotiques sans évoquer les prébiotiques. Ce sont des ingrédients alimentaires non digestibles sous forme de fibres non digestibles qui stimulent la croissance et l’action de bonnes bactéries de l'intestin, des probiotiques. Ces fibres pas ne peuvent pas assimilés par l’organisme mais ils constituent la principale nourriture des bactérie salutaires. Les prébiotiques les plus connus sont l’inuline, les fructo-oligosaccharides (ou FOS), les galacto-oligosaccharides (ou GOS) et la lactulose se trouvant dans ail, asperge, oignon, brocoli, chou, pissenlit, haricot, son de blé.

La solution est le symbiotique

Lorsque les probiotiques et les prébiotiques sont administrés simultanément, on les appelle des symbiotiques. La synergie entre les probiotiques et les prébiotiques permettraient de prolonger la durée de vie des probiotiques et de favoriser les bonnes bactéries déjà présentes dans le tube digestif. Cette association améliore la survie des probiotiques. La combinaison des deux permet d’associer les probiotiques et les prébiotiques les plus importants. Malgré le fait que la flore intestinale soit unique et personnalisée, comme une empreinte digitale, il existe des souches bactériennes communes – entre 10 et 15 souches – qui doivent présentes dans le produit symbiotique.
Le premier critère de qualité du complément alimentaire symbiotique est le nombre de micro-organismes contenus, tandis que le second critère est la combinaison efficace de souches variées qui permettent une meilleure efficacité de la synergie entre les probiotiques et les prébiotiques.

Quand et comment prendre ?

Il faut tout d’abord souligner que le surdosage de symbiotique est impossible : en cas de trop des bactéries salutaires ingérées, les probiotiques en excès sont éliminés de l’organisme, tandis que les prébiotiques en trop sont assimilés par des microorganismes. La prise des symbiotiques est donc recommandée même en cas de l’absence des symptômes spéciaux. Sa prise en dose plus élevée est conseillée en cas d’une fatigabilité, troubles de sommeil, infections fréquentes, faiblesse de l’immunité, problèmes digestifs. On peut consommer les symbiotiques pour prévention, désintoxication de l’organisme ou pour accélérer la guérison suite à une maladie. D’après les recherches menées à l’Université de Leeds, les symbiotiques seraient bénéfique en cas du SII. Et un dernier atout les symbiotique : ils peuvent être administrés pour tout le monde, y compris les enfants et les personnes âgées.

 

Sources :

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26107141

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/PMC/Articles/PMC4648921/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/PMC/Articles/PMC4676381

Publicité

Articles liés

Communauté

NEWSLETTER DU BLOG

phone

Conseils de santé directement dans votre boîte mail: pour avoir un mode de vie plus conscient et sain, inscrivez-vous à notre newsletter