head

Sclérose en plaques : en rapport avec l’alimentation

Sclérose en plaques
’Dr Barbara Markus ’Dr Barbara Markus
Barbara Márkus, homéopathe, thérapeute de l'âme et instructrice.
Sujet: Enzymes digestives

La sclérose en plaques (SEP) est une maladie particulièrement dure et non seulement pour ceux qui en sont concernés, mais également pour les personnes qui soignent les malades. La vie des personnes touchées par la sclérose en plaques est souvent empoisonnée par la résurgence aigue des symptômes, ces personnes perdent progressivement – avec le temps – leur capacité à marcher, ou leur vue. Sous quinze ans en général, les malades se voient contraints à utiliser un fauteuil roulant, pour finir par être cloués définitivement au lit.

La sclérose en plaques est la maladie inflammatoire chronique du système nerveux central. Cette maladie auto-immune se ramène en substance à ce que l’organisme se tourne contre soi-même, et dégrade les cellules nerveuses et l’enveloppe myéline de leur prolongement, en générant ainsi le mal fonctionnement de la transmission des signaux électriques. L’organisme essaie alors de compenser et « suppléer » les lésions par des tissus sclérotiques. Certaines recherches laissent croire que l’apparition de la maladie et l’alimentation peuvent être mises en rapport. Les chercheurs affirment que certains aliments peuvent provoquer de la sclérose en plaques.

Graisses saturées

Les premières recherches ayant pour objet le lien entre la sclérose en plaques et l’alimentation remontent aux années 1940, quand le docteur Roy Swank a démarré son travail à ce sujet qu’il a ensuite continué à l’Institut Neurologique de Montréal. Bien que certains scientifiques aient mis en rapport l’apparition des symptômes avec des champs magnétiques, le docteur Swank s’est plutôt focalisé sur les aliments, notamment sur les aliments d’origine animale, riches en graisses saturées. Le docteur Swank a ensuite réalisé sa série d’expérimentations la plus connue en faisant intervenir 144 malades souffrant de la sclérose en plaques, et il a consigné les résultats de ces patients pendant les 34 ans suivants. Il a conseillé aux sujets de ses expériences de suivre une alimentation pauvre en graisses saturées, ce conseil a été mis en pratique par certains, mais pas par tous les patients. Il les a ensuite classés en deux groupes de régime en fonction de la quantité de graisse saturée consommée supérieure ou inférieure à 20 grammes. Lors des examens, le docteur Swank a trouvé que l’aggravation de la maladie avait été considérablement retardée par le régime pauvre en graisses saturées, celui-ci a pu aider mêmes les malades en stade avancé.

Lait de vache

Plus tard, d’autres recherches ont également établi et élargi les observations du docteur Swank, mais l’accent a été de plus en plus mis sur le lait de vache. Les recherches plus récentes ont pu prouver qu’il y a une relation étroite entre la consommation du lait de vache et la sclérose en plaques. Les chercheurs ont évoqué la possibilité que cette relation s’explique peut-être par la présence d’un certain virus se trouvant dans le lait de vache frais. De nombreux virus différents ont été suspectés et de nombreux effet sur le système immunitaire ont été déjà évoqués. Certaines expériences ont trouvé plus d’antigènes viraux chez les malades souffrant de la sclérose en plaques que chez le groupe de contrôle, tandis que d’autres ont détecté des gènes viroïdes chez les malades.

Puisqu’ils ont trouvé des preuves fortes relatives au rapport entre la consommation des aliments d’origine animale, notamment du lait de vache, et la sclérose en plaques, et puisque les chercheurs sont conscients de la similitude des maladies auto-immunes aussi, il est judicieux de bien considérer si les nécessités alimentaires ne pouvaient pas être mises en valeur dans le cas des autres maladies auto-immunes.

Références :

Dr. T. Colin Campbell - The China Study

Articles liés

Nuage de mots-clés

Communauté

NEWSLETTER DU BLOG

phone

Conseils de santé directement dans votre boîte mail: pour avoir un mode de vie plus conscient et sain, inscrivez-vous à notre newsletter