head

Menthe poivrée : non seulement pour mettre dans le chewing-gum !

menthe poivrée
Suren Bahidsky Suren Bahidsky
Journaliste, consultante médicale
Sujet: Halitose, mauvaise haleine

Quand on parle de la menthe poivrée, ce sont avant tout les bonbons et le chewing-gum – c’est-à-dire le rafraîchissement de l’haleine – qui viennent à l’esprit, bien que cette plante médicinale ait des caractéristiques beaucoup plus précieuses. Contrairement à son nom, elle n’est pas apparentée au poivre, leur seule ressemblance est le gût piquant.

 

Elle soutient le système digestif

Elle a une teneur extrêmement élevée en huile essentielle, son taux de menthol atteint les 50 pour cent. Bien que la feuille rongée de le menthe poivrée semble piquant, elle protège excellemment la membrane muqueuse de l’estomac, elle est ainsi l’un des remèdes naturels les plus efficaces contre – par exemple – le syndrome de l’intestin irritable (SII). La consommation de sa décoction atténue la nausée et le vomissement : cet effet de la plante peut être bien mis en valeur par ceux qui sont sensibles aux différents moyens de transport (voiturre, avion). Elle intensifie la production de la bile en contribuant ainsi à la bonne digestion et à la neutralisation des toxines pénétrant l’organisme et à la désintoxication. Utilisée en tant que thérapie, la menthe poivrée prévient l’apparition des calculs bilaires et atténue les symptômes qui les accompagnent. La menthe poivrée abonde en tannin qui apaise également les troubles gastriques et atténue les inflammations du système digestif.

Elle a de multiples utilisations possibles

La menthe poivrée peut être élaborée de plusieurs façons : on peut l’avoir fraîche, séchée, sous forme d’huile essentielle ou de distillat. Il faut toujours choisir la forme en fonction de l’attendu. En cas de troubles d’estomac et de problèmes intestinaux il est conseillé de choisir sa décoction ou sa feuille fraîche, tandis que pour désinfecter les voies aérogènes – en cas de pharyngite ou de bronchite par exemple – c’est l’inhalation avec de l’huile essentielle qui est la meilleure solution. Les gouttes nasales faites de l’extrait de la menthe poivrée traitent excellemment les symptômes de la rhinite allergique. A usage externe, l’huile essentielle de menthe poivrée apaise les symptômes désagréables causés par le zona et calme les blessures douloureuses du mamelon dues à l’allaitement. Humer la menthe poivrée – similairement au romarin – stimule la mémoire et garde l’esprit frais. Selon les recherches les plus récentes la teneur en menthol de la menthe poivrée empêche la prolifération et la croissance des cellules cancéreuses. Puisque dans de nombreux endroits elle pousse à l’état sauvage, nous pouvons la ramasser nous-mêmes. Il est important d’utiliser uniquement ses feuilles ou peut-être ses pousses fleurissantes.

Comment en préparer une décoction ?

Echauder d’un ¼ litre d’eau une cuillère de feuille de menthe poivrée et autant de fleur de camomille. Filtrer après dix minutes et consommer tiède sans édulcoration. En cas de manque d’appétit, d’asthme et de toux, consommer trois fois par jour une décoction préparée de 15 g de feuille et de fleur de menthe poivrée, échaudée de ½ litre d’eau.

Source :

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21144345

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1073755/

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/24100754

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/17427617

http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/16121521

Articles liés

Communauté

NEWSLETTER DU BLOG

phone

Conseils de santé directement dans votre boîte mail: pour avoir un mode de vie plus conscient et sain, inscrivez-vous à notre newsletter