head

Développement de la flore intestinale – son sort est décidé à la naissance

Comment le développement de la flore intestinale se passe-t-il ?
Suren Bahidsky Suren Bahidsky
Journaliste, consultante médicale
Sujet: Probiotiques

Le système digestif du fœtus est encore sans bactéries, mais quand il vient au monde les microorganismes commencent à s’y installer. Chez ceux qui sont nés par voie césarienne, ou qui sont mis en incubateur stérilisé à cause d’un accouchement prématuré, ou qui sont nourris avec des aliments pour bébés, le développement de la flore intestinale ne sera pas adéquat. Le manque des bactéries probiotiques est la source de nombreuses maladies.                                                                                   

Au cours de la naissance, les bactéries vaginales et intestinales de la mère pénètrent l’organisme de l’enfant en travers de la bouche et de l’orifice anal, tandis que l’allaitement favorise la propagation des bifidobactéries et des lactobactéries.  Ces processus contribue au développement de la flore intestinale saine, mais si le bébé ne vient pas au monde par voie naturelle, ou s’il ne reçoit pas de lait maternel lors de l’allaitement, le développement de la flore intestinale peut être alors prolongé et devenir imparfait.

Accouchement confortable

Dans les sociétés occidentales la césarienne est devenue à la mode : planifié, élégant, sans trop de désagréments. Les bébés nés de cette manière n’entrent pas en contact avec le canal de naissance où la moitié des bactéries présentes sont des lactobacilles. Les bactéries constituant la flore intestinale de ces enfants ne seront pas forcément issues des cellules spécifiques de la mère, elles seront pratiquement réunies « de bric et de broc ».  La constitution défavorable de la flore intestinale et la présence réduite des Lactobacilles peuvent générer des inflammations du système intestinal, et celles-ci peuvent mener au cauchemar de tous les parents, le mal au ventre convulsif (colique). Les bactéries intestinales sont donc essentielles pour la survie : elles forment une ligne de protection contre les microbes présentant une attaque continue contre l’organisme, tout en produisant des vitamines indispensables telles que la vitamine K2.  

Absence de l’allaitement

Avec l’allaitement l’installation des bactéries se fait toute seule et naturellement. La prédominance des bofidobactéries et des lactobacilles ainsi apparue dans la flore intestinale est capable d’empêcher la propagation des bactéries pathogènes. En revanche, chez un enfant qui obtient peu de bifidobactéries dans sa première année, l’apparition de l’obésité, de l’allergie ou des maladies inflammatoires des intestins sera plus probable que chez eux qui en ont reçu beaucoup. Le manque des lactobacilles favorise la propagation des champignons.  

Le saviez-vous ?

L’état de la flore intestinale influence considérablement l’état du cerveau aussi, puisque le cerveau et le système intestinal peuvent communiquer entre eux. Les bactéries intestinales influencent positivement le moral, tandis qu’une mauvaise flore intestinale peut nous rendre plus prédisposés à une multitude de maladies mentales. La flore intestinale inappropriée peut enfin provoquer de la dépression, de l’angoisse et des crises de panique.

Références :

Giulia Enders: Le Charme discret de l'intestin

Articles liés

Communauté

NEWSLETTER DU BLOG

phone

Conseils de santé directement dans votre boîte mail: pour avoir un mode de vie plus conscient et sain, inscrivez-vous à notre newsletter