head

Cancer de la prostate ǀ Attention les hommes !

Cancer de la prostate
Suren Bahidsky Suren Bahidsky
Journaliste, consultante médicale
Sujet: Santé

Le nombre de décès causés par le cancer de la prostate pourrait être considérablement diminué si les hommes âgés de 45-50 ans et plus, prêtaient plus d’attention aux coups de cloche. Afin de prévenir cette maladie meurtrière il faut connaître ses symptômes précoces et consulter son urologue au moins une fois par an.

Alcool, graisse, cigarette…

Selon les scientifiques, l’incidence du cancer de la prostate peut être influencée par des facteurs environnementaux, elle peut être favorisée par un mode de vie malsain, par la consommation des aliments riches en graisses, par le stress et par le tabagisme, mais les effets hormonaux et l’obésité peuvent également jouer un rôle important dans sa formation. Des chercheurs canadiens et australiens ont trouvé une relation significative entre l’alcool et le développement du cancer de la prostate, ils ont constaté que la consommation excessive des viandes rouges et des produits laitiers à une teneur en calcuim élevée doit être également considérée comme un facteur de risque. Ils ont découvert également, que le taux de testostérone est plus élevé chez les hommes atteint du cancer de la prostate que chez leurs homologues souffrant d’un agrandissement bénigne de la prostate.

Déchiffrer les signaux

Le cancer de la prostate a de nombreux présages dont les troubles de fonctionnement sexuel, douleur des parties honteuses, une sensation inhabituelle dans les testicules, une miction saccadée, une envie d’uriner fréquente, une hématurie ou une urine chargée surtout la nuit ou encore une fuite urinaire issue du rire ou de la toux. Il arrive parfois que le cancer de la prostate n’est accompagné d’aucune anomalie urinaire, il n’est découvert qu’en stade avancé, ou éventuellement après la formation des métastases dans le corps.  

Le dépistage peut sauver la vie !

Etant donné que le cancer de la prostate est une maladie insidieuse, il est judicieux d’aller consulter son urologue une fois par an, qui établira un diagnostic sans équivoque à l’aide de quelques examens simples. Cela permet de dépister l’inflammation et l’agrandissement de la prostate également. Le dépistage inclut l’échographie hypogastrique, l’examen proctologique ainsi que la vérification du taux d’APS (antigènes prostatiques spécifiques). Dans le cas où l’éventualité de la maladie se présente, une biopsie est réalisée chez le patient pour montrer l’altération maligne de façon à ne laisser subsister aucun doute. Ne pas oublier le rôle du dépistage même en cas d’état asymptomatique : Le dépistage annuel est recommandé après l’âge de 45 ans et est fortement conseillé au-delà de 50 ans !

Source :

http://www.webmd.com/prostate-cancer/news/20161115/alcohol-may-fuel-prostate-cancer-risk

http://www.dailymail.co.uk/health/article-3134667/Smoking-clearly-linked-prostate-cancer-men-quit-twice-risk-disease-recurring-surgery.html

Articles liés

Communauté

NEWSLETTER DU BLOG

phone

Conseils de santé directement dans votre boîte mail: pour avoir un mode de vie plus conscient et sain, inscrivez-vous à notre newsletter